L'Orchestre de chambre de Monaco, à la fin des années cinquante et au début des années soixante, représentait un concept nouveau dans le monde musical européen. De jeunes professionnels de toutes nationalités composaient un orchestre de trente cinq musiciens d'un nouveau type. L'absence de structures financières solides ne lui permit toutefois pas de survivre sous cette forme, mais il trouva une deuxième jeunesse en se transformant en orchestre de chambre traditionnel sous le nom des Solistes de Paris.